Faible résistance au choc culturel

mai 11, 2010 à 2:02 | Publié dans Uncategorized | 5 commentaires

Ca y est, c’est officiel, nous fuyons, nous carapatons, détalons, etc, repartons à Paris. Très bientôt. Les spécialistes disent qu’il faut 2 ans pour surmonter le choc culturel, ou rentrer chez soi. Il m’aura bien fallu ces deux ans à Marseille pour me surprendre à parler de Paris comme « chez moi »! Là, il m’avait fallu 4 ans pour commencer à m’y faire…

Je me dis que c’est le choc culturel qui parle, mais jamais nous n’avions rencontré autant de racisme, d’arrogance, de faux-fuyants, bref, autant d’expériences désagréables en si peu de temps. Pourtant, j’ai vu du pays, comme on dit, j’ai cotoyé d’autres ségrégations, d’autres sentiments de supériorité, mais aucune population ne m’avais autant déplu que celle-ci. C’est peut-être le fait d’être maman d’une petite métisse? Je ne veux surtout pas que ma fille grandisse ici.

En débarquant d’Afrique  à 16 ans, à Dieppe, je m’étais faite traiter de ‘sale nègre’, sans second degré, malgré ma blancheur de peau. Mais sans doute avoir vécu en Afrique suffit-il à faire de moi une africaine? Je le crois aussi, après tout, même si c’est bien caché en moi… Je n’avais pas été surprise, je savais le racisme des Français, je les avais vus à l’oeuvre à l’étranger. Mais à Marseille, c’est une sorte de concentré : imaginez une école publique qui a refusé tout élève d’origine africaine ou maghrébine jusqu’à il y a 10 ans. Imaginez : jusqu’à dans les années 90. Et sans être dérangé par les instances de l’éducation nationale. A Marseille, c’est possible! La ville a installé des vélo à louer, comme à Paris. Mais uniquement dans les beaux quartiers. Et le métro n’ira jamais dans les quartiers immigrés, rassurez-vous Marseillais!

Il y a bien sûr et surtout notre quotidien. On a appris que la première nounou de ma fille a annoncé à ses collègues (devant mon bébé) : « j’ai pris une Arabe. J’ai hésité, mon mari ne voulait pas ». Pas : j’ai pris une petite fille, pas son âge, non: une Arabe.On demande quotidiennement à mon mari de quelle origine il est, ici. A Paris, en 38 ans, cela avait dû lui arriver 3 fois. Maintenant, il répond Finlandais. Bordel. On a plaisir à se promener dans le quartier maghrébin et africain, qui ici est au centre ville. Pour combien de temps? Tout le monde sait bien que la ville essaie de les chasser. C’est un des rares centre ville à mixité sociale, et moi, c’est ce que je préfère ici. J’espère qu’ils résisteront. Le marché du Soleil a bien brûlé, et je ne pense pas que quiconque soit assez naïf pour croire à un accident. Mon mari se demande si on ne voyage pas dans le temps: ça ressemble tant à l’Algérie française !

Bref. C’est sans doute le choc culturel mal digéré qui parle. Je sais qu’il y a d’autres couples mixtes venus du Nord qui sont heureux ici. Moi, ce qui m’a sauvée pendant ces deux ans, c’est simple: les tricopines. Sur cette planète-là, que des belles rencontres, généreuses, drôles, chaleureuses, ouvertes… Un régal. Ce sont elles qui me manqueront. Pas la mer ni le soleil.

Publicités

5 commentaires »

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

  1. Ah ouais, d’accord ! J’avais pas lu ce post avant le gouter-tricot. Là, je comprends mieux et je suis désolée que Marseille te laisse une image si répugnante. C’est pourtant la ville où je suis née, dans laquelle j’ai grandi et que j’aime, même si j’en suis partie. Elle a dû bien changer parce que j’ai été choquée en arrivant dans mon nouveau chez-moi par des remarques nauséabondes et bien trop courantes. Je pensais avoir changé de monde. Alors c’est peut-être pas Marseille qui a changé, c’est peut-être notre pays et ses habitants qui se réfugient dans la haine et la peur de la différence. Ça fait froid dans le dos.
    En tout cas, je sais que tu manqueras à nos RDV (que tu accueilles si généreusement pour certains d’ailleurs). Les tricopines parisiennes sont bien chanceuses !

  2. je viens seulement de découvrir ton message.
    Je suis assez d’accord pour dire que la mentalité du coin est quand même assez particulière. Comme le dit mon chéri : ici, dans la tradition, on est vite des étrangers… il suffit de venir de plus loin qu’aix-en-provence…

  3. Et bien, Marseille t as laissé un gout amer ……….Sois bien sûre que je ne fais pas partie de cette population qui se montre fuyante et désobligeante ! je suis bien triste de te voir partir en tous cas……..

  4. Je lis ton message un peu tard mais je suis désolée que cela ce soit passé comme ça pour vous !

    En tous cas, je me souviendrai de ma première après-midi à tricoter chez toi qui nous avais ouvert ta porte !

    Bonnes rencontres alors ;.D

  5. Je crois que je suis arrivée au bout du tunnel …….. je vais pouvoir tricoter tous les modèles layettes de mes catalogues …….
    J aimerais que tu me donnes de tes nouvelles, tu as complètement disparu de ravelry ou quoi ? bisous


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.
Entries et commentaires feeds.

%d blogueurs aiment cette page :